La douleur, c’est dans la tête (Qu’il me dit le bâtard…)

Depuis que j’avais décidé de vivre avec mon sac à dos, je n’avais pas eu besoin de consulter un docteur ou dentiste, l’automédication me suffisait largement, la dernière fois que j’avais consulté devait bien remonter à 3 voire 4 ans. Un dentiste, pour me faire arracher une dent.

Avant mon arrivé en Espagne je n’avais jamais vraiment eu besoin de soins dentaire, mais après deux ans la bas, j’ai dû me faire arracher ma première dent, ce fut dans un CAT SALUT, un cabinet de santé publique. Une dent non douloureuse mais cassée, et le seul service gratuit que proposé le CAT salut, était son extraction, avant d’y aller j’étais littéralement en train de chier de l’eau, une piqure et 5 minutes plus tard, j’étais sorti avec une dent en moins et une nouvelle vision du dentiste, hormis les bruits bizarres que font l’arrachage d’une dent, aucune douleur, une simple formalité.

catsalut_blindatge_w

La seconde fois fut également au CAT salut, mais un différent, cette fois la dentiste n’avait pas assez de force pour me sortir la dent, elle a dû faire appel à une collègue à elle, à deux elles réussirent, une sale expérience, car ma mâchoire me lançait dans une douleur qui persistât encore quelques jours après l’extraction. Mais ce ne fut rien en comparaison à ma 3eme qui fut sauté il y’a deux jours, en Italie.
Une chaine de dentiste, une franchise ayant son cabinet dans un centre commercial, mais j’ ai une dent qui me fait mal depuis vendredi dernier, nous sommes Mercredi, le cabinet m’as pris un rendez-vous en 24h, la douleur d’une dent pourrit infectée, les battements de cœur qui se ressentent comme de violentes décharges électriques dans votre dent, cette douleur insupportable que même les médicaments les plus hardcore ne peuvent qu’atténuer dans ces moment-là, vous seriez prêt à vous faire arracher la dent a la truelle par le premier maçon qui passe.
Donc nous voilà le mercredi, avec comme points de référence dans ma réalité, deux expériences passées (les deux expérience du CAT Salut) , mon expérience culturelle et certainement génétique (La peur du dentiste) et mon intuition, et mon intuition me fait me sentir mal, comme dans les moments où vous êtes sur le point de faire quelque chose et que chaque cellule de votre corps vous dis par cette émotion intuitive, «  Fais demi-tour, tu vas te foutre dans la merde ».

0d615752
Mais j’y suis, je me dis que je ne suis pas une fiotte (conditionnement mental), que ce n’est qu’un arrachage de dent (pre-loading), y’en a pour un quart d’heure et je serais soulagé en sortant(Optimisme). C’est dans ces expérience que je me rends compte que j’ai une intuition très fiable, mais que je suis une bite en prophétie.

Première étape un check up gratuit tout en remplissant un dossier, je passe, pas de temps à perdre, j’ai déjà chié 2 litres d’eau depuis ce matin, je risque la déshydratation, direction la machine a rayon X pour me faire un panoramique, on voit clairement qu’elle dent est concerné, on me présente le dentiste qui va procéder à l’extraction et une étudiante qui sera son assistante.
On m’annonce la couleur, 120EUR mais j’ai le détartrage gratuit, j’ai envie de lui dire casses-toi mais j’ai déjà le cul dans la chaise longue, alors go.

396804867_a595e43df7
Le dentiste fait le mec cool pour me détendre, tout en préparant son matos, la seringue de dentiste, putain ils déconnent, cette seringue est désigné pour te faire chier dessus, c’est pas possible, des pieds de biche dentaires, des pinces chelous, enfin bref, je ferme les yeux, sert les fesses et ouvre grand la bouche. Première anesthésie, on ne sent même pas la piqure de la seringue, ça commence plutôt bien, ça me détends, premier check, il touche ma dents, je sens, deuxième anesthésie, il commence à travailler, mais après quelques minutes, je sens une douleur énorme, on part donc pour la troisième anesthésie, il continue de travailler, voilà maintenant plus de 20 minutes que je suis sur le fauteuil, il n’arrive pas à sortir ma dent. Je me tords de douleur dans tous les sens, mon corps ne supporte plus autant de douleur, je n’ai jamais autant souffert en 30 ans de vie dans ce corps. Au vu de son incapacité à sortir cette putain de dent, après 45 minutes de torture infructueuse, Il décide donc d’utiliser la fraiseuse, pour casser la dent, je vais vivre le moment le plus douloureux de ma vie quand il va fraiser pile à l’endroit où je ne suis toujours pas anesthésié.

J’hurle, me tort de douleur et dans un réflexe incontrôlé repousse son bras, et lui lance un regard que je suppose plein de haine et de rage à en juger pas son langage facial, il comprend que quelque chose ne vas pas. L’assistante passe son aspirateur dans ma bouche, et je ressens encore une douleur qui dépasse les frontières du supportable. Je lui dis que je ne suis pas anesthésié correctement, il prépare donc une 4eme piqure et sans me prévenir, plante l’aiguille en plein dans la pulpe de ma dent, en plein dans le nerf, non anesthésié, j’hurle et bouge la tête, à ce moment je veux le frapper, littéralement, il me dis avec un air énervé « Arrête de bouger, la douleur c’est dans la tête, laisse-moi travailler, je vais replanter la seringue dans la pulpe, ça va durer 5 secondes mais tu seras anesthésié »

o-PEUR-DENTISTE-facebook« La douleur c’est dans la tête » la dernière fois que j’avais entendu cette expression c’était à l’armée, je lui dis qu’il est hors de question qu’il remette cette seringue dans ma pulpe, que je préfère qu’il continu d’essayer de sortir ma dent sans fraiseuse, sans anesthésié le nerf, la douleur même si reste horrible, n’est pas un voyage en enfer, et même 5 secondes en enfer, c’est 5 secondes de trop. Il continue donc à s’acharner pour encore 10 minutes, je suis en train de prier, je prie pour qu’il arrive à sortir cette putain de dent, il est en sueur, je suis sur le point de pleurer de douleur, son assistante me regarde avec un air de pitié qu’on n’avait encore jamais lancé sur moi, je n’en peut plus, je me lève du siège et lui dis qu’il ne me touchera plus, qu’il appelle un collègue a lui, mais lui ne mettra plus ces doigts dans ma bouche. On me propose de quitter le cabinet pour l’hôpital.

Alors un autre dentiste vient à mon/son aide, et propose de me faire une radio, pour voir ou nous en sommes, le dentiste a détruit toute la surface de la dent, il ne reste plus que les racines. Le cabinet va donc faire appel à un chirurgien-dentiste qui va venir de Turin. Apres une demi-heure d’attente, le chirurgien arrive et m’explique qu’il va devoir m’inciser les gencives afin de sortir les racines. Mais avant tout il doit sectionner ce qu’il reste de la dent en deux parties.

Il me fait une 5eme, 6eme ,7eme et 8eme injection d’anesthésie, le dentiste original se défend en disant « Il ne se laisse pas toucher » , j’ai envie (très envie) de lui dire de fermer sa gueule mais après 8 anesthésie dans la bouche les seuls bruit que j’arrive à faire son des onomatopées du type «  mouaaa aaa haaa ooo » il test la douleur, je ne sens rien, pendant qu’il explique au dentiste original qu’il a merdé en détruisant la surface de la dent, qu’il n’aurait pas dû utiliser tel et tel outils etc.. L’assistante passe un coup d’aspirateur dans ma bouche, et ressent cette violente douleur, le chirurgien me regarde d’un air curieux, il me demande d’où vient la douleur, je lui dis que ça vient de derrière la dent, après 8 anesthésie en 1heure je sens encore d’où vient la douleur, je dentiste original la ramène encore en disant « J’ai essayé de l’anesthésié dans la pulpe, mais il n’as pas voulu », le chirurgien lui explique comment faire pour anesthésier le nerf sans piquer la pulpe, je me dis que je suis en train de servir de cobaye pour une leçon d’anesthésie…

1989.396
Voilà deux heures que je suis sur le siège de dentiste, mais finalement, je suis anesthésié, je ne sens plus rien, Et c’est partit pour plus de 45 min de fraiseuse et scalpel, mais au moins, hormis l’odeur de la dent brulée, et les sensations bizarre de la fraiseuse qui se plante dans ma dent comme une perceuse a la mèche morte se plante dans le ciment en pleine rotation. Le chirurgien change la mèche, ça continue à se planter en pleine rotation, ça ne fais pas mal, mais je ressens l’effet jusque dans ma nuque et le sommet de mon crane, le chirurgien demande à l’assistante d’augmenter la vitesse de rotation, elle est au max. Il change donc de machine, je reprends les prières. Je n’ai aucune religion, quelques croyances très personnelles qui l’on ne trouve dans aucun livre religieux, mais comme chaque humain sur cette planète, quand je suis dans une situation de total désespoir, de total soumission à la réalité, alors c’est de manière naturelle que de tout mon corps et mon esprit et mon âme, que je demande à l’ univers, a Chubakka ou à qui que ce soit qui entende se cri de désespoir de me venir en aide, de mettre un terme à cette expérience,. C’est au bout de 3 heures que le chirurgien finit de recoudre ma gencive, 4 points de suture et je finissais par me lever de la chaise longue. Soulagé mais la bouche détruite. Les doux mots du chirurgien résonnent encore dans ma tête « Antibiotiques pour 3 jours et prenez de l’antidouleur, pas seulement pour les dents, vous risquez d’avoir mal à la tête ce soir à cause des anesthésie. »

3 heures, 9 anesthésies, 2 dentistes, une assistante, un chirurgien, un panorama, une radio, 3 mèches, 2 fraiseuses et 120EUR, c’est la facture que m’as présenté le karma ce jour-là.
J’ai payé rubis sur l’ongle.

Moralité : Les dentistes c’est comme la bouffe, le dernier endroit où vous voulez les trouver, c’est dans un supermarché (ou une franchise).